Le grand débat sur les casques aéro

Les coureurs professionnels sont souvent les précurseurs pour l’arrivée de nouveaux produits sur le marché, que ce soit du matériel ou des équipements.

De manière générale, ces nouveaux produits créent un engouement important chez les clients potentiels que nous sommes tous. Lance Armstrong a longtemps été l’égérie des marques GIRO ou Oakley, et nous étions nombreux à être impatient de découvrir quel nouveau modèle de casque et de lunettes l’ancien champion américain allait porter au début de chaque saison.

Le jour où tout a basculé…

Depuis quelques mois, un produit, ou du moins un concept, fait couler beaucoup d’encre…j’ai nommé, les casques aéro. Le premier modèle vu à la télé remonte à la victoire de Cavendish aux Championnats du Monde à Copenhague en 2011. A la base, il s’agissait encore de modèles « hybrides » avec une coque plastique amovible recouvrant un casque générique. A ce moment-là, on n’imaginait pas que cet « hybride » donnerait naissance plus tard à un vrai modèle de casque.

cavendish casque aéro

cavendish casque aéro

Depuis le dernier Tour de France, nous voyons de plus en plus de coureurs porter ces casques, et les plus grandes marques s’y sont mises : GIRO, BELL, SPECIALIZED, KASK, LAZER…

tumblr_mgjb3m3LGs1qi8nk8o1_500 GiroAirAttack-2012TDF-5 Nibali-helmet tdf12-Tankink-New-Giro-Helmet-4

Vous serez sûrement d’accord avec moi sur le fait qu’on ne peut pas parler de révolution esthétique.

Pourquoi les casques aéro?

Alors qu’est-ce qui a pu pousser les marques (qui jusque là recherchaient plutôt des casques ultra-light et aérés au maximum) à développer et à lancer sur le marché ces nouveaux casques ?

L’aérodynamisme : Il s’agit même du but principal. Ces casques permettent de gagner en aérodynamisme, cela permet donc d’aller plus vite et/ou de gagner du temps (de l’ordre de 20 » pour 40km). A l’heure où les grands tours se gagnent à coups de secondes, où les sprinters sont de plus en plus durs à départager aux arrivées, un gain d’aérodynamisme, aussi infime soit-il, a de quoi séduire bon nombre de coureurs.

  • L’aération : Ce point n’est pas celui auquel tout le monde pense, mais c’est pourtant un des points principaux avancé par les marques. Même sur des courses courues sous des températures élevées (Tour Down Under ou autre), on pouvait observer des coureurs portant ces casques. Le secret tient dans ces canaux d’aération permettant une ventilation constante de la tête.
  • Le confort : Ce point non plus n’est pas celui qui saute aux yeux, et pourtant les différents système de mousse et le positionnement du casque sur votre tête en font un produit très confortable, présenté comme un casque qui donne l’impression qu’on a rien sur la tête (chose qui pourra là encore en satisfaire plus d’un!)
  • technologie Giro Air Attack

Un défaut demeure…

Malgré des atouts certains, ces casques ont un défaut majeur, qui peut souvent faire oublier toutes les prouesses technologiques qu’ils renferment… leur look !

Un point qui ouvre donc sur un nouveau débat : Quelle place a le « style » dans les améliorations technologiques ? Certains coureurs nous ont déjà démontré qu’on peut réaliser de grands exploits sans avoir d’allure!

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *