Tour de France, médias… et affaires de dopage !

pau-luchon-10-e-etape-du-tour-de-france-1998-encadre-par-bjarne-riis-et-jan-ullrich-qui-ont-tous-les-deux-avoues-s-etre-dopes-laurent-jalabert-courait-alors-sous-les-ordres-du-sulfureux-manolo-saiz-dan

Le compte à rebours pour le départ du prochain Tour de France est plus qu’engagé. Les équipes ont été présentée à tour de rôle, le staff est en place, les caravaniers commencent à taper du pied… ça sent bon le grand départ !

 On dit souvent qu’un événement n’arrive jamais seul…c’est d’autant plus vrai pour le Tour de France. Cela en devient presque prévisible et les pronostics vont toujours bon train pour connaître la date exacte de la diffusion d’un scandale sur le dopage quelques jours avant le départ du Tour.

Cette année (peut-être pour fêter dignement le centenaire), les médias se sont attaqués à un monument du cyclisme et du sport français en général : Laurent Jalabert .

Sans vouloir rentrer dans le débat de cette nouvelle affaire, c’est surtout la méthode qui est toujours dérangeante, et ce pour 2 raisons :

Cela n’arrive (quasiment) que pendant les grands évènements cyclistes, et en particulier le Tour de France. A ma connaissance, aucun média n’a parlé d’un contrôle positif de Yannick Noah avant le lancement du tournoi de Rolland-Garros cette année, et j’ai encore moins souvenir d’une affaire de dopage éclatant avant une Coupe de Monde de football.

  • Cela arrive systématiquement aux mêmes périodes : semaines précédents le Tour, journées de repos et semaines suivants la course.

 

Quel(s) intérêt(s) pour les médias ?

 

On a souvent du mal à comprendre que des journalistes sportifs, à priori passionnés par leur sport, puissent s’amuser à publier des articles de ce genre, sachant que le but principal est (enfin, ca y ressemble fortement) de ternir l’image du cyclisme. Alors d’accord, ça fonctionne, ça fait couler beaucoup d’encre, grâce à ça vous tenez la tête de l’actualité sportive pendant plusieurs journées, les journaux se vendent à la pelle, chacun veut dénicher l’article que personne n’a encore lu…bref, c’est une très bonne opération commerciale pour les médias.

Oui, mais il y a un « hic »…

 

Et même un gros « hic » quand on sait que Amaury Sport Organisation (ASO), organisateur du Tour de France, est à la base un média, notamment propriétaire du journal l’Equipe.

Quand on sait ça, on a l’impression qu’ASO se tire une balle dans le pied en diffusant des affaires de ce genre pendant son épreuve phare.

Mais c’est bien connu, le dopage est un gros problème pour certains, mais un gros business pour d’autres.

Nous retrouvons ici les impressions de journalistes ayant un point de vue ressemblant à mes propos : 

« Le groupe Amaury détient un pôle d’information médias (Le Parisien/Aujourd’hui en France, L’Equipe) et un pôle événements sportifs, ASO (Tour de France, Tour d’Espagne, Paris-Roubaix, Marathon de Paris, Paris-Dakar, Open de France de golf). Longtemps, L’Equipe fut la vache à lait du vaisseau amiral, mais, depuis la dégradation notable des ventes (de 323 000/jour en 2006 à 275 000/jour en 2012), ASO a pris le relais. En 2012, L’Equipe pèse 175 millions d’euros ; ASO, près de 200 millions, dont 70 % proviennent du Tour de France. Qui dit que le dopage nuit au business ?

La télévision publique retransmet le Tour depuis 1964. Elle débourse à cette fin 24,9 millions d’euros en 2013, le contrat courant jusqu’en 2020. L’audience moyenne, avec plus de 5 millions de téléspectateurs par étape dans les années 1990, est, depuis 2006, tombée en dessous des 4 millions. En 2012, elle est descendue à 3,1 millions. France Télévisions reste néanmoins leader des après-midi de juillet. »

(Pour ceux qui souhaitent en lire plus : http://television.telerama.fr/television/medias-dopage-et-tour-de-france-le-maillot-jaune-de-l-hypocrisie,99115.php)

Si l’on reste sur ce raisonnement, au lieu de se tirer une balle dans le pied, ASO réussit avec ces diverses affaires à maintenir à flot son quotidien sportif. Nous assistons donc inconsciemment à un ménage à 3 depuis quelques années entre ASO, L’Equipe et France Télévisions…une petite entente cordiale entre la diffusion d’un des 3 plus événements sportifs au monde, la parution de nouvelles affaires de dopage (avec de la chance, ça date de l’année en cours, sinon on sort les vieux dossiers comme c’est le cas cette semaine) et bien entendu les différentes interviews et plateaux télé exclusifs.

En résumé, le vélo est à nouveau terni, une de nos plus grandes idoles salie…mais comme vous le constatez ça ne fait pas le malheur de tout le monde !

Bref, on se donne rendez-vous à la première journée de repos, d’ici là je laisse libre cours à vos pronostics (une petite pièce sur un scandale concernant Merckx?!)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *