Voyage autour de l’europe en vélo couché : la bentrider fameulhy

Les Baroudeurs ont interviewé un vrai Baroudeur. Il s’appelle Emmanuel Mury. Son projet est fou : partir faire le tour d’Europe avec sa femme et ses deux enfants, qui portent maintenant le nom de Bentrider Fameulhy. Ils ont choisi un mode de déplacement peu commun et plutôt original, le vélo couché.

Les vélos couchés

«  Le vélo droit, ça fait mal au cul ! »

Alors Manu, peux-tu nous présenter le projet dans sa globalité ?

Mes deux enfants Léo (10 ans) Malo (7 ans et demi), ma femme Hélène (34 ans) et moi-même (35 ans), habitants de Sartilly dans la Manche, partons sur les routes d’Europe du Sud et de l’Est à vélo couché pendant un an.

L’objectif est de prendre le temps de vivre, de rencontrer les voisins d’Europe, et vivre chez l’habitant. Pour cela nous utiliserons le couchsurfing, le site communautaire mondial pour cyclo randonneurs Warm Shower et également les invitations des rencontres de tous les jours.

Nous avons envie de revivre, et fuir le quotidien. Aujourd’hui nous voulons plus de zen et plus de nature. Les seules pressions que nous aurons pendant le voyage, c’est de savoir ce que nous mangeons et où nous dormons. Deux pressions, contre toutes celles qu’on a habituellement tous les jours.

Pour ce voyage nous avons donc créé une association ouverte à tout le monde, qui se nomme la Bentrider Fameulhy. Elle veut promouvoir le véhicule à propulsion humaine.

Image de prévisualisation YouTube

Et le financement ?

Nous avons un budget de 3000€ pour 4. Le matos est la dépense la plus importante. Nous avons calculé que nous pouvions vivre avec 8€ par jour et par personne. La dépense quotidienne : boire et manger. Nous voulons montrer qu’on peut vivre avec peu. Tout du moins beaucoup moins qu’habituellement.

Nous avons obtenu une bourse Labalette Aventure de la Guilde d’une valeur de 2000€. Ils ont validé notre projet et nous soutiennent en échange d’un compte rendu à notre retour. Nous comptons sur le financement participatif avec la plateforme Ulule. Enfin nous avons des partenaires locaux comme Solibulle et la célèbre Meuh Cola qui nous aide en faisant parler de nous.

Pourquoi un vélo couché, plutôt qu’un vélo classique ?

Parce qu’un vélo droit ça fait mal au cul et nous voulons éviter les douleurs. Il a fallu réapprendre à pédaler au début. Au moins il n’y a pas de soucis d’équilibre et l’effort reste le même qu’à vélo droit.

Ce qu’on voulait c’est ne pas avoir la tête dans le guidon comme avec un vélo droit. Alors que maintenant nous pouvons être assis, comme sur un canapé, et apprécier le paysage aux alentours. En plus dans le coin, sur la route nous ne sommes pas frôlés car pris pour des personnes handicapés. Le vélo couché n’a que des avantages.

Les vélos couchés

Avez-vous choisis d’adopter un entraînement spécifique, ou un régime particulier, avant le départ ?

Non pas vraiment. Nous avons plus de 9000 km à parcourir autour de l’Europe. Ce qui correspond à 180 bornes par semaine. Nous ne ferons pas plus de 30 km par jour et nous y allons tranquillement. C’est de la promenade pour profiter.

Quelle communication faites-vous autour de cet événement ?

Nous avons des articles dans la plupart des journaux locaux : la Manche Libre, Ouest France, la Gazette. La télévision à également relayé notre projet avec Normandie TV, France 3 ainsi que Allô la planète / Le Mouv’. Tous les éléments sont dans notre rubrique « On en cause » sur notre site.

Nous allons également avoir un article dans le prochain Carnet d’aventure magazine sur les voyages non motorisés.

Enfin, nous organisons une présentation publique, auprès de journalistes et de toutes personnes intéressées le 12 juillet, à Sartilly. C’est l’occasion pour nous de présenter davantage le projet et de répondre à toutes les interrogations que les personnes peuvent avoir. La présentation est gratuite et après il y a des concerts avec Les claudes, mystery fox pour une soirée délire !

Que comptes-tu retirer de cette expérience ? Tant sur le plan professionnel que personnel ?

Sur le plan professionnel, pas grand-chose car c’est une coupure ! Autrement sur le plan personnel il s’agit de retisser les liens. Ce qu’on veut c’est passer du temps avec nos enfants.

La bentrider fameulhy

Changer nos habitudes de consommation et d’alimentation est également important. Nous vivrons avec ce qu’il y a autour comme les locavores. Le principe c’est de ne pas acheter du camembert en Espagne par exemple. On doit revenir aux sources et prendre le temps de faire à manger.

Le mot de la fin ?

Vive le vélo !

emmanuel_mury_velo_couche

Toute l’équipe de Web Cycle remercie Emmanuel pour le temps qu’il a bien voulu nous a accorder. Nous souhaitons à la Bentrider Fameulhy une réussite dans ce projet et ce voyage. Nous essaierons de vous tenir informé de leur aventure mais vous pouvez également les suivre sur leur site internet ou sur leur page Facebook.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *